Skip to Content

Quand on est mineure

  • J'ai entendu dire qu'une adolescente ne pouvait pas tomber enceinte pendant ses premiers cycles. Est-ce que c'est vrai ?

    Non. Les premiers cycles, chez une adolescente, ne sont pas réguliers, mais rien ne dit qu'une jeune fille n'ovule pas pendant ces cycles. L'apparition des règles est le signe du début de la période féconde – elles prouvent que le corps de la jeune fille est prêt pour la reproduction. Autrement dit : les premières règles ne précèdent pas la première ovulation, elles apparaissent après la première ovulation.

  • A quoi sert le planning familial ?

    C'est un endroit appelé plus exactement centre de planification et d'éducation familiale (CPEF) où l'on peut parler, de façon anonyme et gratuite, avec des personnes compétentes de sujets liés à la sexualité et à la contraception. On peut y avoir une consultation auprès d'un spécialiste (médecin généraliste, gynécologue, conseillère conjugale ou sage-femme) et s'y faire prescrire une contraception.
    Pour trouver les coordonnées d'un CPEF, cliquez ici.

  • Est-ce que je peux aller dans un centre de planification sans l'autorisation de mes parents ?

    Oui, les filles et les garçons mineurs peuvent consulter sans l'autorisation de leurs parents, dans le respect de l'anonymat et gratuitement.
    Les personnes qui y travaillent (médecins généralistes, gynécologues, conseillères conjugales, sage femmes) sont tenues au secret professionnel et ne peuvent prévenir les parents de la venue d'un(e) mineur(e).

  • Est-ce que l'infirmière de mon établissement scolaire est apte à me prescrire une contraception ?

    L'infirmière scolaire est une personne compétente avec qui parler de contraception : elle est apte à vous informer sur les différentes méthodes contraceptives, et à vous écouter si vous avez des questions. N'hésitez pas à lui demander conseil. Toutefois, seuls les médecins, généralistes, gynécologues et les sages-femmes peuvent prescrire une contraception. Si vous ne savez pas qui ni où aller consulter, l'infirmière de votre établissement pourra vous aider à trouver les structures adaptées.
    En situation d'urgence, elle est aussi apte à délivrer la contraception d'urgence, gratuitement et sans ordonnance.

  • Puis-je obtenir une contraception d'urgence sans autorisation de mes parents ?

    Oui. La contraception d'urgence est délivrée sans condition et gratuitement aux mineur(e)s qui la demandent par les pharmaciens, qui vous délivrent en même temps des informations sur la manière dont il faut la prendre et sur la contraception de manière générale. Les infirmières scolaires la délivrent aussi en situation d'urgence. Enfin, vous pouvez aussi vous procurer la contraception d'urgence de manière anonyme et gratuite dans les centres de planification.

  • J'ai besoin d'une contraception d'urgence mais je suis mineur(e). Le pharmacien ou le médecin que je consulte a-t-il le droit de prévenir mes parents ?

    Non. Le secret professionnel l'empêche de parler de votre démarche à qui que ce soit. Vous pouvez consulter un professionnel de santé (même s'il s'agit du médecin qui vous a soigné enfant) en toute tranquillité...

  • Qu'est-ce que je fais si le pharmacien refuse de me la délivrer la contraception d'urgence ou me demande de la payer ?

    Le pharmacien n'a pas le droit de refuser de délivrer la contraception d'urgence. Pour obtenir une contraception d'urgence par lévonorgestrel, adressez-vous à une autre pharmacie si c'est possible. Ou encore à l'infirmière scolaire de votre collège ou lycée, ou à un médecin d'un CPEF.

    En raison d'une baisse d'efficacité constatée, la contraception d'urgence au lévonorgestrel n'est pas recommandée aux personnes de plus de 75 kilos. Si vous êtes concernée, il faut savoir qu'il existe une autre contraception d'urgence hormonale (à l'ulipristal acétate) disponible uniquement sur ordonnance. Elle est délivrée en pharmacie et remboursée. Prenez rendez-vous au plus vite avec un médecin généraliste, un gynécologue, une sage-femme ou adressez-vous à un centre de planification pour qu'il vous la prescrive.

  • Je suis un mec de moins de 18 ans. Ai-je le droit d'aller à la pharmacie pour obtenir gratuitement une contraception d'urgence pour ma copine ?

    La loi ne l'autorise pas. Il est donc possible que le pharmacien refuse de vous la délivrer gratuitement.

  • Je suis enceinte et mineure. Je désire interrompre ma grossesse. A qui puis-je m'adresser ?

    Vous pouvez contacter votre médecin traitant ou un gynécologue qui sont tous les deux tenus au secret médical. Vous pouvez également vous adresser à un établissement de santé, un CPEF ou obtenir des renseignements auprès de la permanence téléphonique de votre région (la liste de tous les CPEF et de toutes les permanences téléphoniques régionales). Les soins vous seront délivrés gratuitement et dans le respect de l'anonymat.

    Dans tous les cas, si vous souhaitez interrompre votre grossesse, il est important de contacter le plus rapidement ces professionnels. L'IVG ne peut en effet avoir lieu que dans le respect de certains délais.

  • Je suis mineure et je souhaite avoir une contraception sans en parler à mes parents. Où aller ? Combien cela va coûter ?

    Vous pouvez vous faire prescrire une contraception par un médecin généraliste, un gynécologue ou une sage-femme. Ces professionnels sont tenus au secret, ils ne doivent pas révéler à vos parents les raisons de votre consultation ni les échanges que vous avez eu.

    La consultation vous sera facturée dans les conditions habituelles et si vous êtes sous la couverture sociale de l'un de vos parents, elle apparaîtra sur leur relevé d'assurance maladie.

    Vous pouvez aussi vous adresser à un CPEF qui pourra vous proposer une consultation anonyme et gratuite.

    Si vous avez entre 15 et 18 ans vous pouvez obtenir la contraception qui vous a été prescrite gratuitement et en toute confidentialité en pharmacie. Demandez au professionnel de santé que vous consultez de vous prescrire la contraception sur une ordonnance isolée et de mentionner « contraception mineures ».

    Bien préciser au pharmacien que vous souhaitez que la délivrance reste confidentielle ; ainsi elle n'apparaîtra pas sur les relevés de remboursement de l'assurance maladie de vos parents.

    Si vous n'avez pas de carte Vitale ni d'attestation de droits, parlez-en au pharmacien, il vous proposera une solution.

    Seuls les contraceptifs remboursables par l'assurance maladie pourront vous être délivrés sans avance de frais.

  • Je suis enceinte et mineure. Je souhaite interrompre ma grossesse. Dois-je mettre mes parents au courant ?

    Vous n'êtes pas obligée de le faire (une IVG peut être pratiquée sur une mineure sans que les parents soient prévenus) mais il est recommandé d'en parler à un de vos parents, au besoin en vous appuyant sur une autre personne de la famille (sœur aînée, tante, etc.) en qui vous avez confiance, et qui vous servira d'intermédiaire. Si vous pensez qu'il est impossible de mettre un de vos parents au courant, sachez que l'IVG reste possible sans leur autorisation.

  • Je suis mineur(e), est ce que je devrais payer si je choisis de faire une interruption volontaire de grossesse ?

    Non. Si vous êtes mineur(e), vous n'avez pas à payer une IVG (interruption volontaire de grossesse), ni à demander l'autorisation de vos parents. Néanmoins, dans ce moment difficile, il est toujours préférable de se faire accompagner par ses proches. Si vous ne souhaitez pas ou ne pouvez pas faire appel à vos parents, vous devrez tout de même être accompagné par une personne majeure de votre choix.

    Télécharger le pdf     Pour en savoir plus, téléchargez le guide sur l'IVG du ministère de la santé. (PDF 409 Ko)

    Voir les contacts utiles

Les vidéos à découvrir

Toutes les vidéos
Back to top